2015 – Les travaux et les validations

Avant de commencer la lecture ce cette année 2015, voici un rapide résumé. Cette année a été marquée par la validation des travaux de l’hiver et le test du bateau avant le grand voyage, ceci dès le mois de mai, par un voyage en Sardaigne. Cela a permis de valider l’ensemble des travaux réalisés au cours de l’hiver : gréement, voiles, mécanique, électronique, etc. A l’issue la liste de travaux à réaliser est ajustée au mieux.

Sept 2015

Nous avons assez tardé pour conter ici les vacances estivales. Succès total, sauf l’avarie du démarreur du moteur (grrrr !!!!!). Qqs détails sont donnés ici concernant l’avarie. Nous avions initialement envisagé les Baléares, nous avons atterri en Corse. Mais que fait le capitaine, il ne sait donc pas naviguer… mais si mais si, sauf qu’un souci médical avant départ avec un enfant a écourté les vacances, rendant les Baléares un peu éloignés pour le temps disponible. Alors comme l’an dernier nous sommes retournés en Corse, de toute façon les conditions météo étaient particulièrement favorables. L’an dernier nous avons croisé vers la Girolata, cette année plus au nord avec le désert des Agriates, l’îles rousse, Saint Florent et le Cap Corse jsq Macinaggio, puis retour continent via Nice.

Ah belle Corse, tu nous a encore ravi. Reste belle, sauvage, pure. Nous y reviendrons à coup sûr. Côté navigation nous n’avions aucun programme, enfin le seul valable était celui de découvrir, prendre son temps, apprécier. Pour la traversée retour, nous avons fait le choix de ne pas passer de nuit en mer et traverser au plus court avec un départ à 2H du matin. Cette méthode est fort agréable, le soir même nous mouillions à Saint Jean Cap Ferrat. Traversée très agréable et pas du tout pénible.

A 9 personnes à bord durant presque 3 semaines, nous avons pu tester les travaux réalisés cet hiver. Parmi les plus significatifs il y a la question de l’énergie et de l’eau.

L’énergie : panneaux solaires et éolienne sont venus compléter le groupe électrogène. L’indépendance énergétique n’a pas pu être atteinte totalement, car ouvrir de frigo en permanence pour prendre du coca frais (hmmmmm vos enfants aussi aiment le coca ??), et le congélateur pour nourrir toutes ces bouches, les batteries appelaient au secours. Si les panneaux solaires sont performants, l’éolienne est très décevante. En nombre réduit à bord, nous aurions l’indépendance énergétique, même avec les ordinateurs en service. Au bilan nous hésitons à changer l’éolienne pour y installer une plus performante.

L’eau : cette année nous avions le dessalinisateur. Le pied quoi 🙂   Une moyenne de production de 2 à 3H par jour permettaient de maintenir le niveau de la cuve à eau sans se priver tout en étant raisonnable. La consommation s’est finie à 27 litres par jour et par personne, ce qui semble être dans la moyenne.

Au bilan de ces vacances nous retenons le mot des enfants : « ce sont nos plus belles vacances ». Et c’est tant mieux. Quoi de plus beau que d’avoir de tels remerciements par les enfants après l’investissement hivernal pour préparer un bateau qui a remarquablement bien fonctionné. Sans programme, nous nous sommes laissés pousser par nos humeurs et la météo. Même les méduses nous ont fait bouger, car à Century, vers le Cap Corse, la nuée (le mot est faible) de méduses, nous a décidé à quitter les lieux pour d’autres horizons moins infestés. J’ai même craint de boucher les filtres moteur tant il y en avait. D’ailleurs trois d’entre nous ont été piqué par les méduses durant les vacances en Corse : un conseil n’essayez pas, laissez le aux autres… Douloureux et violent elles peuvent être dangereuses. Avons mis en service des remèdes rustiques de grand mère (frotter délicatement avec du sable et de l’eau de mer -surtout pas d’eau douce- afin d’enlever les cellules urticantes) qui semblent avoir donné qqs résultats corrects et calmer la douleur. Personne n’a de séquelles à l’heure de ces lignes, soit un mois après.

Qui sont donc les prédateurs des méduses ? Ah, j’avais oublié, elles n’en n’ont plus. Les tortues de mer préfèrent manger les sacs plastiques plutôt que les méduses. Aussi nous n’avons pas vu de tortues. Adolescent j’en croisais de temps en temps, à présent plus du tout. Un triste constat.

Maintenant place au carénage qui interviendra cet hiver, entretien et reprise de ce que nous avons identifié comme améliorations souhaitées. Dans 6 ou 7 mois le grand saut.

@ bientôt

Juin 2015

Et oui déjà en juin 2015. Nous n’avons pas vu le temps passer, et pourtant… que de choses réalisées. Depuis le retour des Baléares fin août dernier, le bateau a été mis à niveau, et ce n’est pas fini.

Parmi les travaux significatifs (et ceci malgré l’absence de Magali pour contraintes professionnelles durant 4 mois à l’étranger..) : Changement du gréement (les câbles qui tiennent les mâts quoi… la charge est tout de même de 2 tonnes sur les câbles, faut pas rigoler tout de même, c’est sérieux cette affaire…), changement du congélateur, confection de voiles neuves, pompe eau de mer neuve pour faire la vaisselle à l’eau de mer (pq l’eau douce, même pas en rêve…), et bien plus encore (portique pour panneaux solaires, dessalinisateur pour fabriquer l’eau douce, et j’en passe… un travail à temps plein), et le moteur ou le groupe électrogène à entretenir….

Mi-mai 2015 nous avons pu tester durant 10 jours de mer l’intégralité des travaux réalisés : départ de Toulon pour la Sardaigne à 3 : Nous deux et un membre de la famille. Autant dire qu’avec 1500 litres d’eau dans les réservoirs, les douches n’étaient pas restreintes… Bon, côté météo, les activités étaient restreintes avec presque 40 nœuds de vent au mouillage et au franchissement des bouches de Bonifacio… cela a permit de tester la résistance du matériel et des individus… mais des fois çà casse….

Ah, oui, de la casse, sinon ce ne serait pas drôle… pour vous c’est peut être drôle, pq nous on n’aime pas… L’enrouleur de grand voile, au niveau de la bôme a cassé. Soyons clairs, dans le pacifique ce genre d’avaries seraient désagréables mais pas insurmontables, mais ici, en France, avec tous les industriels compétents que nous avons, aucun souci. A l’heure de ces lignes la réparation est effectuée. Changement du réducteur à vis sans fin. Travail un peu délicat et long, et tout est rentré dans l’ordre à présent. Ah, si vous envisagez « le grand voyage », savoir bricoler est OBLIGATOIRE !! Sisi, au moins pour l’essentiel, peut être pas savoir démonter un moteur, même si c’est un plus.

Voili voilou résumé ces derniers mois de préparation.

Le planning à venir : Installer le portique, les panneaux solaires et l’éolienne, ensuite le dessalinisateur. De fin juillet à fin août prochain ce sera les Baléares en famille, à 9… histoire de tester le bateau version « re-lifté ».

Aussi vos commentaires nous intéressent…
@ Bientôt

Nous voilà maintenant en sept 2014 dans le vif du sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha - Anti Spam par Robot *