Septembre 2017

La rentrée scolaire perturbée par le terrible cyclone Irma, puis José… puis Maria

17 Sept 2017 Appareillage à 21H suite menace par le cyclone MARIA :

Déjà nous avons eu Irma, le plus puissant cyclone jamais enregistré, qui nous a fait nous protéger dans le sud, et là on se prend en plein pif MARIA, 2 semaines plus tard. Sa particularité est qu’il s’est construit en un temps record (record battu d’ailleurs !!), et a pris une ampleur supérieure à celle d’IRMA. Maria bât Irma tant en ampleur qu’en dépression : il est descendu à 908Hpa, là où IRMA est descendu à 913Hpa. Nous étions proche de la trajectoire qui est toujours restée très incertaine dans les prévisions. Nous étions en vigilance maximum concernant ce cyclone. Il s’agit d’un cyclone de type « Barbadien » et non « Cap Verdien ». Ces derniers sont prévisibles et arrivent de loin : du Cap Vert. Alors que Maria s’est construit à 1000-1500km de la Martinique. La conséquence a été pour nous un appareillage en urgence dimanche soir 17 sept pour aller au plus vite dans le sud. Malgré cette précaution, nous avons été fort chahuté par la houle. Le vent est resté équivalent à un bon coup de mistral avec mer forte (4 mètres maxi, pas de quoi se fouetter). Bon, on a inventé le lancé de Magali à travers la cabine arrière avec atterrissage brutal sur la hanche…. Elle s’en tire avec un gros bleu, ouf le bébé n’a rien eu !! Nous sommes très vite remontés à St Lucie, et là, oh surprise, les dégâts sont biens visibles : 2 voiliers sur la plage, et un bateau coulé au milieu de la baie. En Martinique nos amis nous en ont raconté beaucoup plus… Nous verrons cela le 21 en remontant à St Anne.

Bon, on peut se rassurer, ou pas, la saison cyclone n’est pas finie, et le record des cyclones n’est pas encore battu (28 en 2005 je crois…). On restera vigilant jusqu’à la fin.

 

12 sept 2017 : Les cyclones sont partis, nous voilà au calme

Cette photo est exceptionnelle au sens ou elle montre Katia (Golfe du Méxique), Irma (qui ravage Cuba et s’apprête à « attaquer » la Floride), et José (qui frôlera St Martin). Il faut remonter à 2010 pour avoir 3 cyclones avec exactement la même configuration (Igor, Julia et Karl), tiens tiens, les mêmes lettres : I, J, K…

8 Septembre : IRMA (niveau 4), a tout ravagé sur son passage (St Barthelemy, St Martin,…), et voilà José (classé niveau 4) qui s’invite aux difficultés des sinistrés. A l’heure de ces lignes, sa trajectoire le fera passer au nord de St Martin et devrait épargner ces îles. Vents forts et fortes pluies attendues, mais non destructeurs. Nous sommes en sécurité dans le sud de la Martinique. Pour le passage d’IRMA nous étions descendus se mettre à l’abri dans le sud des petites Antilles, vers les Grenadines.

 

Semaine 36/2017  (4-10 Sept 2017)

Euh … normalement c’était censé être la rentrée des classes pour Hermeland mais tant pis on reporte ça … en effet au vu de la météo du lundi matin, nous avons pris la décision de filer plus vers le Sud au cas où Irma ne voudrait toujours pas remonter au Nord. On part faire quelques courses au Marin, très rapidement, et on hisse les voiles pour Bequia, dans les Grenadines. Il n’y a pas vraiment d’abris avant puisque le sud de Ste-Lucie et l’île de St-Vincent ne sont pas réputées très safe pour les plaisanciers.

Nous suivons toujours d’aussi près le circuit d’Irma et cette fois on commence à avoir vraiment peur pour les habitants de St-Martin et de St-Barth vu les prévisions de vent annoncées… 300km/h… c’est tout simplement inimaginable (au final ce sont des vents de 362km/h qui ont été enregistrés). Mardi matin, nous arrivons à Bequia après une nav’ très agréable et paisible.

Sur place ça roule un peu mais on a du mal à se plaindre tant on imagine l’angoisse que doivent ressentir les habitants des îles du Nord. Avec Toutouille on se motive malgré tout pour partir à la nage vers la plage histoire de poser le pied à terre ; ça fait du bien même si la mer brasse beaucoup et que la distance est relativement longue ! En revanche la nuit est horrible : ça roule, roule, roule, on ne tient même pas allongé… Le lendemain, nous choisissons de déjeuner sur place et d’entamer notre remontée vers la Martinique, le gros coup est passé pour nous. Nous irons jusqu’au Nord de Ste-Lucie, à Rodney Bay, que nous connaissons bien. La nav est pépère, au portant, confortable… finalement on est mieux en mer qu’au mouillage. Le passage du cyclone laisse derrière lui des couleurs incroyables, le coucher de soleil s’éternise et les teintes semblent irréelles. Je vous laisse admirer quelques photos postées.

 

Tôt le matin, nous mouillons à Ste Lucie, nous filons au supermarché acheter de quoi régaler les hommes et leur remonter le moral : frites et steak tartare… 100% réussite, ils sont requinqués !

On repart sur Ste-Anne en Martinique en début d’aprem avec une nav pleine de grains… ça mouille aussi les Antilles !

Et voilà, retour à la case départ. Je peux vous dire qu’Irma est dans toutes les bouches. La Martinique n’a rien eu mais les gens se sentent malgré tout concernés. On reçoit tout juste quelques images du désastre, évidemment les îles n’ont plus rien à voir avec celles que nous avons eu l’occasion de visiter en juin dernier.

Mais la vie reprend malgré tout son cours et en parlant de cours, nous avons reçu le carton du CNED ! La rentrée s’annonce pour de bon cette fois-ci ! Avant de reprendre le chemin de l’école, on a profité du dimanche pour faire une ballade jusqu’à la grande plage des salines. Toutouille et moi sommes partis à pied (1h30 à l’aller) et loulou nous a rejoint avec le pic-nic sur la plage. Belle promenade, bien sympathique dans les sous-bois du bord de mer, au bord des salines et avec une récolte miraculeuse de coco à l’arrivée !!! Yahoo, à nous la ti coco sucrée et l’huile de coco.

 

6 sept 2017 : Le cyclone IRMA a ravagé les îles du nord (Barbuda, St Martin, St Barthelemy…) et continue sa course folle vers la Floride. Pour nous la houle résiduelle n’est plus gênante, nous pouvons remonter en Martinique. Mais vigilance de mise, car José menace, et Lee peut aussi être dangereux pour nous. A suivre. Saison des cyclones, quand tu nous tiens… St Martin détruit à 95%… cela fait froid dans le dos, une pensée pour nos compatriotes.

4 sept 2017 : Le cyclone IRMA, le plus puissant jamais enregistré, est trop menaçant pour nous . Nous décidons de partir s’abriter au sud, St Vincent et les Grenadines. Sous surveillance depuis une semaine, la menace se fait réelle à présent, il est temps de partir.

Hmmm Hmmmm, Hermeland a publié un nouvel article sur son site….

Aller en haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha - Anti Spam par Robot *