Préparatifs

Vous trouverez ici tous les dossiers relatifs aux préparatifs pour notre grand voyage.

Si vous aussi vous êtes candidat au grand voyage, la préparation sera ce que vous voudrez bien y consacrer.
Au fil des recherches et visites de bateaux, il importe de savoir exactement ce que l’on recherche : du confort, des équipements, des dispositions, des volumes…
Pour ce qui nous concerne nous avons consacré 3 années complètes entre l’idée initiale, la consolidation du bien fondé de notre voyage et la date du départ prévue. Ces 3 années nous ont servi à sélectionner le bateau et à le préparer durant 2 ans, car nous avons prévu un long voyage, aussi nous souhaitons qu’il soit à un très haut niveau d’entretien, histoire de ne pas avoir à souffrir trop de pannes rapidement. Avez-vous une idée de la distance que nous devrions avoir parcouru à la fin de notre voyage ??…. soit environ… écrivez nous et nous vous le dirons… hihi.

—> Prévoyant de partir pour 4 ou 5 ans nous avons souhaité choisir un bateau avec une vraie cabine propriétaire séparée du carré, et sur l’arrière du bateau. Histoire de créer une « chambre cocooning comme à la maison ». De même nous avons privilégié le confort avec lave linge et osmoseur (communément appelé dessalinisateur),  il en découle donc la nécessité de disposer d’énergie en quantité adaptée, donc panneaux solaires, hydrolienne, éolienne, groupe électrogène, j’y reviens par ailleurs.

Le budget ne doit pas conduire les recherches (même s’il est une donnée d’entrée), il est l’enveloppe de travail pour définir si ce sera un bateau de 6 mètres ou un yacht de 30 mètres. Je force le trait délibérément afin d’être conscient des limites à se fixer. Il ne faut pas compter sur l’immobilisation du capital pour la revente au retour, car si le bateau coule : fin du capital, car n’espérez pas, ou si peu, récupérer qqchose des assurances, trop pingres…  Ensuite bien définir ce que vous voulez faire de votre bateau et la manière de l’utiliser, surtout le programme envisagé. Et surtout ne minimisez pas la charge d’entretien que cela nécessite au fil des navigations qui se suivent. Elle est plus importante que ce que l’on croit.

—> Désirant voyager et franchir les cap Horn et Bonne espérance, le choix du bateau est capital : être à l’abri des vents glacés du sud, et protégé pour ne pas se faire emporter par les déferlantes : donc cockpit central de préférence, et bateau très solide.

—> Pour nous les critères étaient simples : une cabine propriétaire séparée des circulations internes si nous avons du monde à bord car la famille et les amis seront invités à passer des périodes avec nous. Le respect du sommeil de celui ou celle qui dort est essentiel et participe de la sécurité. Nous nous sommes très vite orientés vers les Amel, même si le critère « boite de conserve » (acier qui se déforme et ne coule pas), était prédominant dans nos souhaits primitifs, tellement influencés par nos lectures d’enfance (Moitessier and co et les plans Joshua)…. Nous avons fait évoluer nos critères au fil de l’avancée de notre projet. A ce jour nous sommes toujours à la recherche de notre bateau (Janv 14). En Juin 2015 nous naviguons avec notre « Mango » de chez Amel acquis en Avril 2014.

Place aux préparatifs à présent.

Voici une liste « à la Prévert », des travaux réalisés entre Avril 2014 et Avril 2016 pour les préparatifs (tous les sujets proposés ici sont repris ailleurs dans notre site de façon plus étoffée) :

– Changement du gréement ;
– Changement des voiles ;
– Changement du frigo, du congélateur, du lave linge ;
– Changement cuisinière ;
– Démontage et entretien du guindeau ;
– Installation d’un portique pour recevoir panneaux solaires, éolienne et plus encore ;
– Installation de panneaux solaires ;
– Installation d’une éolienne ;
– Entretien « poussé » du groupe électrogène et du moteur principal ;
– Installation d’un dessalinisateur ;
– Changement d’une interface de pilote automatique suite avarie ;
– Préparation de l’informatique pour la navigation ;
– Installation d’un AIS ;
– Changement de la turbine de chauffage à air pulsé ;
– Réalisation de tous les coussins, tant intérieurs, qu’extérieurs ;
– Nettoyage très complet des fonds de cales, elles ont tendance à accumuler les graisses et autres saletés.
– Acquisition de matériel de plongée sous-marine : pour exécuter de menus travaux sous la coque, ou décrocher une ancre coincée et éventuellement un peu de plaisirs sous-marins ;
– Révision des extincteurs, et du matériel de sécurité de manière générale ;
– Carénage « sophistiqué » (càd pas uniquement l’application d’un antifouling) ;

Je crois que ce n’est déjà pas mal… j’en oublie, j’en suis sûr… ah, la pompe eau de mer pour l’évier aussi a été installée.

4 réflexions au sujet de « Préparatifs »

  1. arnaud

    On est dans une phase de décision: soit investir dans l’immobilier, soit investir dans un bateau et embarquer pour une aventure similaire à la votre, votre site aide beaucoup et fait rêver.

    Réponse : Merci et ne vous trompez pas, un bateau n’est pas un investissement, mais un mode de vie à adopter.
    Bon courage

    Répondre
  2. Adèle Linghuinie

    Explorer les sites volcaniques et les glaciers lors d’un circuit au cœur de l’Islande

    L’Islande dispose d’un paysage diversifié, ce qui lui permet de vous proposer un large choix d’activités pendant toutes les saisons de l’année. Les aurores boréales, les cascades, les geysers, les piscines naturelles, les sources d’eau chaude, les lacs, les parcs ou encore les glaciers et les sites volcaniques sont les principales attractions locales.

    Commencer par la visite de Snæfellsjökull

    Pour un voyage d’un week-end, d’une semaine ou d’un mois, le Snæfellsjökull doit s’inscrire dans votre liste de circuits Islande, puisque c’est un des phénomènes naturels les plus surprenants du pays. Ce stratovolcan est similaire à celui du mont Fuji au Japon ou du Lanínen Argentine. Il était en éruption il y a près de 4 000 et 1 700 ans. Ce volcan composite se trouve à l’ouest de l’Islande et est inclus dans le parc national de Snæfellsjökull. L’ascension de cette montagne culminant à 1 446 m, et dispose d’un dénivelé d’environ 760 m, s’effectue généralement entre 3 et 5 h de marche. Pour cette montée, il faudra se préparer physiquement et matériellement, car parcourir le glacier n’est pas une tâche facile. Toutefois, il est possible d’approcher le volcan en partant d’Arnastapi et en suivant la piste F 570 en 4 x 4.

    Partir en trek à Landmannalaugar

    Landmannalaugar avoisine le volcan Hekla. Cette région se situe dans le sud de l’Islande. Son décor tourmenté par les activités volcaniques vous impressionnera. Vous y verrez des paysages de toutes les couleurs caractérisés par les montagnes de rhyolite, le Blahnukur, les champs de lave sur le mont Brennisteinsalda et la piscine thermale naturelle. Pour explorer les richesses de Landmannalaugar pendant votre circuit islandais, vous pourrez opter pour une randonnée d’une heure ou aux trekkings de plusieurs jours. Pour choisir votre trajet, procurez-vous une carte lorsque vous arrivez sur les lieux. Par ailleurs, avant de vous aventurer, renseignez-vous à l’avance, car ce site n’est accessible qu’entre mi-juin et mi-septembre. D’autant plus que ces dates peuvent changer en fonction de l’état des routes.
    Explorer le Vatnajökull, l’un des plus volumineux glaciers de l’Europe
    Après avoir vu les terres volcaniques pendant votre circuit en Islande, passez dans le sud-est de l’île pour voir le Vatnajökull. Il s’agit du glacier le plus étendu du pays avec une superficie de 8 300 km². Sous cette masse d’eau gelée, on trouve des volcans actifs, à l’exemple d’Öræfajökull, de Kverkfjöll, de Bárðarbungaou encore de Grímsvötn. La présence de ces derniers provoque les fontes des glaces ainsi que le jökulhlaup (course de glacier). Par ailleurs, depuis 2008, le parc national du Vatnajökull a été créé. Ce site couvre une surface d’environ 15 000 km². Il est d’ailleurs l’aire protégée la plus grande de l’Europe et représente 15 % du territoire de l’Islande.

    Répondre
  3. Francisco de Geoploria.com Auteur de l’article

    Bon à savoir pour un Tour du monde en bateau

    Partir en Tour du monde en bateau n’est pas du tout facile. Il ne se prépare pas du jour au lendemain. Vous devez vous assurer des détails tels que les destinations à explorer, le budget, le bateau et de nombreux autres points importants. Dans cet article, on a concocté pour vous quelques conseils pour que vous ayez un petit aperçu de ce que vous devriez faire avant de prendre le large.

    Choisir les destinations et planifier son budget

    De nombreux critères sont à prendre en compte avant de tracer votre itinéraire. Assurez-vous d’abord que le climat soit propice à la navigation à chaque étape de votre croisière. Faites des recherches en ligne sur les prévisions météorologiques. Prospectez également chaque région où vous choisirez comme destination d’escale. En effet, vous connaîtrez les richesses naturelles et culturelles de chaque région, les législations, la santé ou encore la sécurité.
    Concernant les destinations, de nombreuses régions vous attendent. Vous aurez l’opportunité de choisir vos destinations préférées. Réalisez par exemple votre croisière tour du monde au départ de l’Europe du Nord en Scandinavie après un séjour en Norvège et partez vers le Danemark. De là, vous pourrez passer par la Manche jusqu’au détroit de Gibraltar, afin de rejoindre Barcelone en Espagne ou l’Italie. Ainsi, vous atteindrez la zone Méditerranée et les quelques milliers d’îles grecques.
    Puis, en passant par le canal de Suez, vous atteindrez facilement l’océan Indien. Le voyage continue vers quelques villes des Émirats telles que Dubaï et ses environs. Le Sri Lanka et l’Inde sont par la suite des ports d’escales intéressants. Mais d’autres destinations sont à portée de main pour un tour du monde en en bateau. À partir de cet itinéraire que vous tracerez sur votre carte, vous pourrez établir votre budget selon les dépenses pour chaque escale.

    Trouver un bon bateau

    Une fois l’itinéraire et le budget bien établis, vous devez maintenant envisager l’achat ou la location de votre bateau. Dans le cas où vous voulez acheter un bateau, vous devez avoir de plus amples connaissances en navigation. Le plus conseillé est de demander conseils auprès d’autres personnes qui ont déjà effectué de longs voyages sur leur propre bateau. Elles sauront vous suggérer le type de bateau à choisir et aussi vous donner quelques conseils de navigation.
    Cependant, vous devrez opter pour un bateau qui vous correspond et qui sera en mesure de répondre à tous vos besoins, à n’importe quel moment du voyage. N’oubliez pas de faire réviser votre navire afin qu’il soit bien opérationnel. Faites une vérification minutieuse depuis le radar, en passant par le GPS jusqu’à l’ancre. S’il y a des réparations à faire concernant votre navire, réalisez-les sans attendre, car votre survie en dépend complètement.

    D’autres préparations indispensables

    Avant de partir, il faut souvent effectuer les vaccins recommandés. Vérifiez d’abord les données communiquées par les sites officiels du pays ou de la région à ce propos. De votre côté, prenez rendez-vous avec votre médecin pour évaluer votre état de santé dans son intégralité. Traitez toutes les maladies pour que vous puissiez partir bien rassurer.
    N’oubliez pas de faire des réserves de nourriture par avance. Privilégiez des aliments impérissables. Emportez également des filtres à eau et des bouteilles d’eau. Cependant, évitez de tout emporter, car vous n’allez pas déménager. Vous devez principalement vous munir de l’essentiel. Faites une liste pour ne pas vous tromper et embarquez à bord de votre navire pour découvrir le monde durant des mois.

    Répondre
  4. Paula Auteur de l’article

    Nos conseils pour un voyage en bateau avec des enfants

    Emmener des enfants en bateau est bien plus un risque à prendre qu’une expérience à vivre. Comment contrôler tous nos petits mômes tout en profitant au mieux de notre voyage ? Bref, c’est une source de stress pour les parents, notamment pour les plus peureux. Cet article se consacrera à vous suggérer quelques conseils et astuces pour bien passer vos traversées avec vos petits bout’chou.


    Photo credit: Nouhailler

    Avantages d’une croisière pour les enfants

    Certes, une croisière c’est un voyage moins intime en raison du nombre de passagers emportés. C’est également une formule idéale pour se retrouver en famille et partager ensemble des moments inégalables.

    Le bateau est le moyen de transport le moins utilisé en voyage. Sachez à présent que voyager en bateau c’est très enrichissant pour votre enfant plus qu’un circuit en voiture ou en avion. Il recèle de nombreux avantages tant pour vous que pour votre enfant. Vous avez peut-être peur que votre enfant tombe à l’eau, et c’est peu probable. Les bateaux sont essentiellement conçus pour des randonnées de croisières en famille, avec un système de sécurité renforcé. En compagnie de vos petits bambins, il faudra juste que vous leur jetiez un œil de temps en temps. Des systèmes de sécurité très simples et très performants existent.
    Cet unique moment pour découvrir beaucoup de choses, le monde (faune, flore, milieu aquatique, paysages, etc.), et de lieux visités en si peu de temps… c’est autant d’expériences à vivre avec vos enfants. Vous allez pouvoir renforcer vos liens avec eux grâce à l’épreuve de la solidarité qui s’y présente. Vous allez surtout les aider à grandir, leur apporter une ouverture d’esprit très exceptionnelle. Vous n’allez pas passer votre temps à les rappeler à l’ordre sur ce qu’il faut ou ne faut pas faire. À travers votre traversée en bateau, vous allez pouvoir développer votre confiance en eux.
    Vous pouvez même emporter des bicyclettes ou des planches de surf à bord sans frais supplémentaires. N’est-ce pas formidable.

    Quelques préalables à voir avant de s’embarquer

    Une fois décidés de vous embarquer, de vous mettre à l’aventure, vous devez d’abord vous assurer d’avoir emporté et fait ce qu’il faut. Voici quelques suggestions :

    – Primo, munissez-vous d’un sac avec tout le nécessaire : porte bébé, des changes, de quoi manger, un sac à vomi en cas de mal de mer, et des vêtements chauds et des chapeaux avec ficelle pour le vent si vous souhaiter voyager à l’extérieur de bateau.

    – Secundo, renseignez-vous sur les services proposés à bord pour vous permettre d’organiser votre temps et votre budget. Voyez par exemple s’il y a des restaurants, des lits, des barrières de sécurité pour passer une bonne nuit en cas de traversée de nuit. S’agissant des restaurants, en compagnie d’enfants, il est préférable de vous faire des selfs services ou préparer à l’avance des casse-croûtes (sandwiches, cake, boissons, etc.). Personnellement, je vous conseille vivement de garder un œil sur les offres de dernières minutes et les ventes privées. Cela pourrait bien faire des bonnes affaires ! Sachez aussi qu’en bateau, il y a des services de gratuité pour les moins de 2 ans et une réduction de 50 % pour les moins de 12 ans.

    – Tertio, recueillez si besoin les avis des autres parents ayant déjà effectué des croisières avec leurs enfants. Ceci vous aidera à vous adresser à une compagnie adaptée.

    – Et enfin, offrez un carnet de bord à votre enfant s’il est un peu plus grand. Ce carnet l’occupera pendant tout le trajet et dissipera vos craintes sur ses possibles agitations à bord. Il y mémorisera tout ce qu’il a fait, vu ou vécu pendant le voyage : itinéraire, souvenirs, paysages, photos, dessins, coloriage, météo, etc. Par contre, s’il est encore petit, emportez un bateau gonflable d’eau pour en faire une petite piscine et des maillots.

    Une fois en bateau

    Une fois à bord, il y a également quelques petites précautions à prendre. Déjà, je vous conseille de préférer les traversées courtes plutôt que les longues (+ de 6 heures). Mais si vous avez à faire un long voyage en bateau, visez alors à ce que celui-ci se passe la nuit, car le temps passe très vite quand on dort.


    Photo credit: Napafloma-Photographe

    La première chose que vous devriez faire en bateau, c’est de chercher les moyens pour que votre enfant ne se perde pas ou tombe dans l’eau (ce qui est peu probable comme je l’ai dit bien avant). Ne pas les quitter des yeux, c’est certainement ennuyeux. S’il le faut, un petit ruban ou un harnais relié entre vous et votre enfant serait la meilleure façon de le garder pas loin de vous, surtout pour les plus agités. Veillez aussi à prendre du temps de jouer et de vous amuser avec lui afin qu’ils se lassent du temps pris par le voyage.

    A bord, il y aura sûrement des aires de jeux, une piscine, une salle de loisirs, et même une salle de cinéma. Il y a nombreux jeux de société à faire à bord de bateau (cartes, quiz, devinettes, etc.) ou des jeux qui font travailler son imagination « Dans ma valise j’emporte… », « Devines à quoi je pense ! », « Ni oui ni non », etc. Ou emportez des livres et faites-lui lire ou lisez-les pour lui. Une autre activité possible pour votre enfant : offrez-lui un papier et des crayons de couleur pour des séances de coloriages ou pour des dessins de paysages, histoire de l’initier dans un métier de paysagiste. Sur ce, éviter les marqueurs et les pastels pour ne pas tacher ses vêtements. Pour les traversées longues, prenez une cabine pour les pauses pipi, télé, et dodo.

    Article rédigé en partenariat avec Bali Marcovasco

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha - Anti Spam par Robot *